Vendez vos oeuvres !
Les actualités à l’International
Qui sommes-nous ?

art-&-artiste

Quoi de plus valable pour me définir en tant qu’artiste et ma perception de l’art que de me référer à celui qui a analysé et écrit sur ce sujet.


Je peins et c’est là ma vocation.
Selon Bergson dans : « la perception du changement »
L’artiste a une perception élargie, non intéressée, du réel. Elle se distingue en ce sens de la perception de l’homme du commun qui est orientée : elle sélectionne en vue de l’action. L’artiste est un individu dégagé des nécessités de l’existence, qui a un rapport distancié aux besoins et qui, par conséquent, a la capacité d’intuitionner les choses, de saisir la mobilité ou la durée au moyen de l’art. Ainsi, l’art constitue une voie d’accès privilégiée à la réalité.
Dans la représentation commune, l’artiste passe souvent pour un personnage idéaliste et distrait. Pourtant, en exerçant son art, il est capable de nous montrer les choses qui nous entourent sous un jour nouveau, voire même de nous faire apparaître certains détails que nous aurions perçus mais sans les apercevoir jusqu’alors. Bergson rend hommage aux peintres comme Turner et Corot qui ont su déceler dans la nature des aspects que nous n’avions encore jamais vus. Les peintures qu’ils réalisent nous rendent admiratifs car elles nous révèlent des visions brillantes et évanouissantes qui apparaissent fugitivement dans notre expérience usuelle mais que l’habitude fait disparaître au profit d’une vision pâle et décolorée des choses.
Dans l’homme ordinaire, la faculté de percevoir est attachée à la faculté d’agir. Mais la perception chez l’artiste est différente : les artistes “perçoivent pour percevoir”, c’est-à-dire pour le plaisir. C’est un regard gratuit qui s’intéresse à la chose pour elle-même et non pas pour l’utilité qu’elle pourrait avoir. Ce qui l’explique pour Bergson, c’est que les artistes sont moins attachés à la vie. Ils naissent “détachés” par rapport à un de leur sens ou à leur conscience, ce qui explique les différents arts : la musique pour l’ouïe, la peinture pour la vue, etc. Ainsi, paradoxalement, “c’est parce que l’artiste songe moins à utiliser sa perception qu’il perçoit un plus grand nombre de choses”.
Le fait d’utiliser, c’est-à-dire de rendre utile ce que l’on voit, conduit à biaiser le regard. C’est une déformation qui certes, rend la vie possible, permet de réagir vite, de prendre une décision rapidement, de fuir, d’attaquer ou de se protéger, mais qui ne permet pas de saisir la réalité elle-même dans toute sa richesse. Or l’artiste est justement celui qui, parce qu’il est moins attaché à la vie, ne se sert pas de ses sens pour créer. Il laisse les choses l’envahir, il observe les détails, leur unicité et les met en avant ensuite dans sa production. En ce sens, l’artiste est celui qui intuitionne le réel plus qu’il ne cherche à le rendre utile au moyen de l’analyse et c’est en cela que sa perception est plus riche que celle de l’homme du commun.

Isabelle poursuit de dessiner à Disneyland Paris

 

function googleTranslateElementInit() { new google.translate.TranslateElement({pageLanguage: 'fr', includedLanguages: 'es,fr,it,ja,lb,zh-CN', layout: google.translate.TranslateElement.InlineLayout.SIMPLE}, 'google_translate_element'); } De tous nos artistes peintres, Isabelle Morin est l’artiste qui donne à la galerie en ligne le plus d’actualités. Nous avons donc un certain plaisir à vous les diffuser d’autant plus qu’Isabelle Morin est l’une des très rares artistes…

Continuer la lecture

dessiner sur l’eau.

Comme je vous l’écrivais dans mon article précédent, notre séjour dans le petit hameau de La Noé à Saint-Lumine-de-Clisson était l’occasion de tester de nouvelles pratiques comme de se jucher sur un matelas gonflable (aucune barque n’était disponible), de se porter au milieu d’un large étang et de dessiner les berges depuis ce point de vue…

Continuer la lecture

Transversalite plastique et perte esthétique 2 ?

L’art est un métier qui suppose un savoir et un savoir-faire. Le danger, c’est évidemment l’amateurisme généralisé.

L’amateurisme comme conception de l’art commencerait selon moi  avec Duchamp et une bonne idée provisoire, une réflexion sur l’esthétique, intéressante, mais qui en a fait un maître de l’Art dit conceptuel.  Sous prétexte d’avancer, de multiplier…

Continuer la lecture

l’œil de l’artiste, troisième partie

J’ai déjà écris de nombreux articles sur la façon dont l’oeil d’un  artiste voit les choses, regarde le monde.

Jacques Lacan écrivait que le tableau peint, l’image dessinée ne rivalisent pas avec l’apparence. Ils rivalisent avec ce que Platon nous désigne au-delà de l’apparence comme étant l’Idée. Si vous pouviez voir le monde tel que…

Continuer la lecture

transversalite plastique et perte esthétique ?

Un débat artistique ! 

Il est souvent demandé à la galerie en ligne Les Koronin pourquoi la saison 2018 n’a pas sélectionné de photographes ou de performeurs, pourquoi l’Art conceptuel y est encore minoritaire face à l’Art figuratif. La réponse tient en un nouveau débat, que Philippe et moi avons le plaisir d’ouvrir avec vous.…

Continuer la lecture

Oeuvre d’art  ? Ou produit culturel  ?  (troisième partie)

Peut-on encore parler de diversité des mouvements artistiques dans la France et la suisse de 2018 ? Que nous propose maintenant l’exception culturelle si chère à notre continent ouest-européen ? L’idée au départ était excellente, elle donnait beaucoup de possibilités à l’artiste de pouvoir s’épanouir dans ses recherches. Mais est-ce…

Continuer la lecture

l’œil de l’artiste, deuxième partie

J’ai déjà écris de nombreux articles sur la façon dont l’oeil d’un  artiste voit les choses, regarde le monde.

Pour moi, artiste peintre, graphiste, un objet est avant tout une superposition de couleurs sur un fond, frappé par la lumière solaire ou dissimulé dans la nuit, une couche de couleur foncée d’arrière plan une couleur…

Continuer la lecture

Oeuvre d’Art  ? Ou produit culturel ?  (deuxième partie)

Reprenons notre discussion sur l’oeuvre d’Art comme risquant aujourd’hui de devenir un simple produit culturel à vendre.

Périclès (qui gouvernera Athènes au cinquième siècle avant J.C.) avait fait des arts un objectif majeur de sa politique. Selon l’Académie des Beaux-arts française, « les divers pouvoirs ont perpétué cette tradition. On lui a accolé les…

Continuer la lecture