Vendez vos oeuvres !
Les actualités à l’International
Qui sommes-nous ?

Isabelle Morin : dessin à vue (première partie)

Philippe, Isabelle et moi nous partageons une habitude, un enseignement: le dessin d’observation en extérieur, c’est-à-dire poser notre carnet à croquis et notre chevalet dans la nature, en ville, pour dessiner et peindre d’après ce que notre œil voit, ressent.

Dessiner et peindre d’après nature demande d’observer le modèle et de constater que les objets et les corps se présentent à l’œil de l’artiste avec une multitude de déformations qui sont le résultat des lois de l’optique.  L’artiste doit alors repérer la situation des divers éléments qu’il observe par comparaisons. Ces comparaisons lui permettent d’établir :

  • Les lignes de directions des corps figés (mobiliers, architectures…) ou vivants (corps en mouvements).
  • Les dimensions relatives de ces corps.
  • Le degré de lumière qui les éclaire. Ce degré définit la saturation colorée.

Cette méthode de travail artistique n’est pas une perception passive comme c’est le cas avec l’acte de prendre une photo mais exige bien plus une véritable étude faite par l’intelligence sur les données de l’œil. Reproduire ce qu’on voit ne veut pas dire « Art ».
L’Art commence au moment où le dessinateur amène une vision personnelle, originale, c’est-à-dire au moment où il saisit le sens caché des êtres et des phénomènes par l’analyse puis la synthèse de ce qu’il voit.

Mit freundlichen Grüßen (Bis bald Tschüss….!) / Best regards / Cordialement….
Artemis Irenäus  / Philippe 

A voir sur le site over-blog de koronin.over-blog.net de la galerie art contemporain les koronin